Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

Arc Alchemist : ça sent le roussit pour le retour d’Intel sur le marché de la carte graphique dédiée

Vignette
Écrit par Guillaume
Date de publication : {{ dayjs(1660147210*1000).local().format("L").toString()}}

Après des mois d’annonces et de communication plus ou moins maîtrisées, les choses semblent se compliquer alors que nous entrons théoriquement dans la dernière ligne droite.

Il y a bientôt quinze ans, Intel quittait le marché de la carte graphique dédiée après avoir tenté un ultime comeback avec l’architecture Larrabee. En difficulté face aux ténors du secteur et n’ayant jamais abouti sur une technologie pourtant prometteuse, l’Américain tirait alors un trait sur des années de travail… avant de relancer la machine il y a quelques années autour du projet Intel Arc. Preuve de l’investissement d’Intel, plusieurs générations de GPU étaient prévues avant même que la première ne soit distribuée : dès 2021, on savait qu’Intel envisageait la génération Alchemist en 2022, Battlemage en 2023, Celestial en 2023 et Druid en 2024. Quel programme !

Hélas, depuis ces premières annonces prometteuses, la communication d’Intel s’est quelque peu grippée. Est-ce les équipes marketing qui sont allées un peu vite en besogne ou les équipes techniques qui ont promis un produit qu’elles n’étaient pas capables de fournir ? Nous n’en savons pour le moment rien, mais alors que depuis le début de l’année, Intel communique sur la sortie « très bientôt, tout de suite » de ses solutions graphiques, il ne donne jamais la moindre date et tarde à avancer des indicateurs de performances ou des idées de tarifs.

Courant mai / juin, ces informations sont enfin arrivées. Las, les premiers résultats ne semblaient pas mettre en lumière des performances exaltantes et la plus puissante des cartes Arc Alchemist – l’A770 – ne paraissait même pas en mesure de tenir tête à la GeForce RTX 3070 de NVIDIA. Un souci de taille pour Intel alors que la génération RTX 3000 de NVIDIA va être remplacée dans les prochains mois par la nouvelle série des RTX 4000. Pour être en mesure de s’imposer, Intel devait donc frapper fort côté tarification et disponibilité.

Début juillet, plusieurs rumeurs ont évoqué des tarifs globalement convaincants et alors qu’Intel n’annonçait toujours aucune date de sortie, on s’est mis à reprendre espoir. Hélas, les dernières nouvelles en provenance d’Igor’s Lab ne sont guère réjouissantes. Si ses sources préfèrent garder l’anonymat, le journaliste explique qu’elles lui ont confirmé de multiples problèmes auxquels doit faire face Intel : des problèmes principalement liés à ses partenaires. Rappelons effectivement que les concepteurs de cartes graphiques se reposent principalement sur des entreprises tierces pour la fabrication : AMD ou NVIDIA par exemple sont liés à ASRock, ASUS, eVGA, Gigabyte, MSI, PNY, Sapphire, Zotac pour n’en citer qu’une poignée.

Aux dernières nouvelles donc et alors qu’Intel a besoin de ces partenaires pour fabriquer / distribuer ses cartes, les entreprises en question feraient défaut. Pour l’expliquer, il faut comprendre qu’elles se retrouvent toutes en possession d’importants stocks de GPU AMD Radeon RX 6000 et NVIDIA RTX 3000, lesquels ont considérablement perdu en valeur et s’apprêtent à perdre encore plus avec la sortie prochaine des nouvelles générations. De fait, les fabricants préfèrent produire des cartes AMD / NVIDIA – plus réputées ayant donc plus de chances de se vendre – et d’écouler leurs stocks de GPU que d’acheter des GPU à Intel.

Pour ne rien arranger un fabricant aurait même pris la décision de stopper sa production de cartes Arc Alchemist arguant de problèmes techniques, mais sans rien dévoiler de plus précis. Intel lui-même semble de moins en moins croire au succès de ses GPU et aurait opté pour un lancement plus « discret » étalé sur deux mois – août et septembre – loin des commercialisations en fanfare auxquelles le géant américain est habitué autour de ses CPU. Enfin, il se pourrait qu’un constructeur ait trouvé un début de solution pour Arc Alchemist : MSI a effectivement annoncé la sortie – pour le moment seulement en Chine – d’une carte Arc A380 low profile (cf. photo ci-dessus) destinée aux intégrateurs : plutôt que de concurrencer AMD et NVIDIA chez les gamers, Intel pourrait-il trouver un premier débouché en OEM ?