publicite

Actualité

Test de la souris SteelSeries Rival 310
Écrit par GFreeman 28-08-2017

La souris au même titre que le clavier revêt une importance capitale en gaming. C’est pourquoi, un joueur qui se respecte choisira son mulot avec soin et y consacrera un budget approprié. Chez Driverscloud, nous vous proposons régulièrement des tests de souris qui nous semble adaptées au joueur.

 

Présentation

Aujourd’hui nous testons la benjamine de chez SteelSeries, la Rival 310, qui fait suite à la Rival 300, un des best-sellers de la marque. Orientée jeu, elle adopte un capteur très sensible, des boutons Omron durables et un design adapté aux droitiers.

A en croire le constructeur, la Rival 310 aurait tous les arguments pour « triompher sur le champ de bataille ». Eh bien, vérifions !

 

L’esthétique (7/10)

On assiste depuis plusieurs mois à un retour à la raison des designers de materiel. Exit les allumages flashy, les couleurs treillis ou les souris modulable au physique douteux. La Rival 310 n’échappe pas à la règle en proposant des lignes épurées et des LEDs discrètes.

La robe noire de la Rival reste passe-partout et conviendra à tous les bureaux.  En guise de fioritures, une LED éclaire le logo de la marque ainsi que la molette : la signature habituelle de la marque danoise est comme toujours, du plus bel effet.

Cet éclairage est paramétrable, avec au choix la couleur et l’animation lumineuse (vague, fixe, éteint, etc.).

Au final, le design est plaisant et on pourrait presque prendre du plaisir à la regarder.

En matière de style hardware, le minimalisme est aussi le moins coûteux à la production

 

La technique (9/10)

SteelSeries s’est associé à PixArt, pour développer un nouveau capteur optique, le TrueMove 3 « fruit » de leur collaboration. PixArt est une société Taiwanaise spécialisée dans les capteurs, crée en 1998. Elle se félicite par ailleurs d’avoir conclus plusieurs accords récents avec des leaders du hardware. Il ne serait donc pas surprenant que PixArt équipe de nombreux modèles de souris de marques concurrentes. Il équipe en tout cas quelques souris de chez Logitech, et même le haut de game comme la G403 Prodigy.

Seulement, même après de longues recherches, il nous est bien difficile de voir une réelle innovation dans le capteur TrueMove 3, développé par ladite entreprise (par exemple en quoi il diffère du TrueMove 2). Bref, dommage que SteelSeries mettent autant en avant ce nouveau capteur, avec de jolies punchlines marketing, mais sans jamais nous dire pourquoi il est mieux que les autres.

Nous devrons donc nous contenter des données de la fiche technique. Il s’agit d’un capteur avec une sensibilité de 12 000 dpi, ce qui est remarquable et surpasse nettement l’ainé de la gamme (la Rival 300), qui plafonnait à 6500. La Rival 310 est aussi dotée d’une accélération de 50 G, avec une précision de 1:1 jusqu’à 3500 dpi. Le taux de rafraichissement de 1000Hz font de la Rival 310 une très bonne souris de jeu, qui n’a pas à rougir de ses atouts, même comparée au très haut de gamme.

SteelSeries met également en avant, la capacité de retranscrite à l’écran l’exacte distance parcourue sur le tapis. C’est bien. Nous nous demandons cependant à quoi cela peut être utile.

Coté boutons, la Rival 310 propose des switches Omron (marque qui a fait ses preuves) pour ses deux boutons principaux. La durée de vie promise de 50 millions de clics devrait permettre de transmettre la Rival 310 à vos enfants, et ainsi de suite sur 14 générations (selon nos calculs). Pensez-donc à conserver le ticket de caisse dans vos archives familiales.

Un très bon point par ailleurs : les boutons sont indépendants de la coque ce qui permet de meilleures sensations et un meilleur retour selon nos tests.

Le capteur de la Rival  310 dispose d’une résolution de 1200dpi, et un taux de rafraîchissement de 1000Hz. Chapeau !

 

Le software (4/10)

Coté software, SteelSeries assure l’essentiel comme toujours. Les possibilités de personnalisation de l’éclairage sont nombreuses. Il en va de même concernant les attributions de commande aux boutons latéraux et les macros.

Une vraie innovation réside dans l’éclairage réactif à l’état d’un jeu. Par exemple, la couleur de la molette dans Dota 2 sera la même que celle de votre barre de vie (variant ainsi du vert au rouge), et l’éclairage bleu du logo sera plus ou moins éclatant, selon la quantité de mana en réserve. Une vraie nouveauté, car pour la première fois, les LEDs commence à apporter de l’information au lieu de clignoter bêtement dans la nuit. Ceci étant dit, bien que l’ingéniosité de SteelSeries soit à souligner ici, il sera toujours plus facile pour le joueur de vérifier sa barre de santé sur l’écran que sur son mulot.

Il faut quelques minutes pour apprivoiser l’application propriétaire de SteelSeries

 

Dommage qu’au final l’application en fasse trop et donne dans le tape à l’œil, ce qui rend l’ensemble moins efficace et moins sobre que ce qu’on pourrait espérer. Au final, vue le positionnement milieu de gamme de cette souris, l’application est tout à fait acceptable.

 

Les fonctionnalités (5/10)

Tout d’abord un petit mot sur la mémoire intégrée. Grâce à cette dernière, l’utilisateur pourra emporter ses paramètres partout et les utiliser sur n’importe quel PC sans logiciel supplémentaire. Ce n’est pas nouveau, mais c’est toujours pratique, surtout pour celles et ceux qui font des LAN party, ou qui jonglent entre le portable et le fixe fréquemment. Cette fonctionnalité est bienvenue, car elle est trop souvent réservée aux souris du haut de gamme.

La Rival 310 ne propose que 6 boutons (en comptant la molette et les clics droit et gauche). Il faudra se procurer la Sensei 310, son alter ego en version ambidextre pour atteindre les 8 boutons. Certains joueurs se satisferont de 6 boutons dans la grand majorité des jeux. Et même SumaiL, qui en bon ambassadeur de la marque se targue d’utiliser la Sensei 310 en tournoi. Tout le monde sait que ce n’est pas vrai, mais maman dit qu’un petit mensonge ne fait de mal à personne.

Enfin, on apprécie le bouton qui permet de jongler entre les différentes sensibilités à la volé. Il permet d’en choisir deux, prédéfinies par l’utilisateur. Ce sera suffisant pour certains, alors que d’autres aurait sans doute aimé plus de possibilités afin de s’adapter à différentes activités (FPS, MOBA, bureautique, ect.)

 

La prise en main (7/10)

La souris est réservée aux droitiers ce qui permettra à ces derniers une parfaite prise en main. Les autres se rabattront sur le modèle ambidextre, la Sensei 310.  Il vaut mieux avoir des grandes paluches car la Rival 310 fait partie des gros mulots.  Les boutons Omron font leur boulot et à l’usage, le clic est très agréable et peu bruyant.

SteelSeries met en avant la qualité et la durabilité du caoutchouc constituant les grips latéraux. C’est vrai qu’ils semblent de très bonne qualité et facilitent la prise en main. La texture alvéolée du grip demandera cependant un entretien plus important que pour les surfaces lisses.

Coté poids la Rival 310 est exceptionnellement légère, avec ses 88g elle ravira ceux qui préfère les poids plumes. Pour comparaison, la G403 de Logitech fait 107g et propose un poids de 10 gramme amovible pour l’alourdir. Si vous êtes droitier et adepte des mulots léger, la Rival a de quoi vous séduire.

La prise en main quant à elle, a été travaillée pour convenir aux joueurs en claw grip (pomme sur l’arrière de la souris, doitgs repliés) ou palm grip (main complétement sur la souris)

 

Conclusion et score

La Rival 310 tient parfaitement son rang de souris milieu de gamme. Elle assure l’essentiel grâce à des caractéristiques techniques de haute volée (12 000 dpi et taux de rafraîchissement de 1000Hz).

La finition est soignée et le logo SteelSeries brillera dans la nuit comme un gage de qualité. On pourrait lui reprocher un software brouillon, son poids plume et quelques errance ci-et-là, mais force est de constater que dans cette gamme de prix (70 euros), elle tire son épingle du jeu par rapport à la concurrence.

Notons enfin que la Rival 310 est destinée aux droitiers uniquement. Les autres (et accessoirement ceux qui souhaitent deux boutons de plus),  se tourneront vers la nouvelle Sensei 310. Affichée au même prix, elle offre sensiblement les mêmes caractéristiques, en version ambidextre.

publicite
ActuGaming YouPass

Commentaires
0

1