Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

Resquiescat in pace…

Vignette
Écrit par Pives
Date de publication : {{ dayjs(1454693402*1000).local().format("L").toString()}}

Il y a des moments où le jeu vidéo nous fait peur. Une peur indescriptible que les personnes qui ne jouent pas ne peuvent espérer connaitre. Là où le cinéma nous montre la peur, le jeu vidéo nous la fait vivre.

Cela dit, nous ne sommes pas égaux face à la peur. Cette inégalité fait que nous n’avons pas tous la même appréhension d’un jeu. Mais il est une peur qui nous rassemble tous. Et paradoxalement, elle nous saisit quand nous sommes les plus impuissants…

Quand votre PC chauffe un peu plus que d’habitude… Quand votre manette commence à répondre bizarrement (oui c’est toujours la faute de la manette)… Quand votre pote un peu éméché jette votre manette de rage car il a perdu (quand on vous dit que c’est de la faute à la manette !)….

Bref, quand nous craignions pour l’intégrité physique de notre matériel !

Les plus âgés d’entre nous se rappelleront sans doute la crainte éprouvée à la découverte de Psycho Mentis dans Metal Gear Solid premier du nom. Pour les plus jeunes, ce boss avait la particularité de lire les jeux présents dans votre carte mémoire, rentrant ainsi dans votre intimité vidéo-ludique, mais surtout vous faisant craindre pour les sauvegardes présentes sur le support.

Partant de là, permettez moi de vous conter une mésaventure m’étant arrivé il y a peu :

En rentrant d’une journée difficile de boulot, j’ai voulu lancer une partie d’un jeu histoire d’évacuer la pression accumulée. C’est là que je me suis rendu compte que l’impossible était arrivé, que ma console avait été frappée du sceau de l’infamie!

Mon disque dur était vide, comme le cerveau d’un candidat de téléréalité… Plus un jeu, plus une sauvegarde, tout un pan de ma vie partie en fumée, plus vite qu’une cigarette…

Adieu Shepard, adieu Juri, adieu Lara…

juri_01_by_zodilife-d789mkh

Plusieurs sentiments m’ont alors envahi :

D’abord le déni… Ce n’est pas possible. Il y a bien moyen de faire quelque chose !

Vient ensuite la colère, comme pour les plus grandes douleurs, silencieuse… Comment accepter l’inacceptable ?

Puis la négociation… Et si je fais ça, que va-t-il se passer ? Si j’essaie ça ?

sadkeanuLa dépression est la prochaine sur la liste… J’avais passé tellement d’heures à jouer à ce jeu. Comment pourrais-je ne serait-ce qu’effleurer le plaisir que j’ai eu au tout début? J’avais tellement amélioré mon personnage, comment pourrais-je faire mieux ?

Et enfin, l’acceptation. Le moment où j’ai pu rallumer la console, relancer mon jeu préféré et regouter au plaisir d’une nouvelle partie…

En attendant, si cela vous arrive, faites comme moi. Entourez vous d’amis fidèles, et repensez à vos parties en vous disant qu’elles sont dans le meilleur des mondes, qu’elles n’appartiennent plus qu’à vous, mais surtout qu’elles reposent en paix…

Pives

Image: http://zodilife.deviantart.com/art/Juri-01-437149313