Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

« Henri », un supercalculateur performant, mais surtout efficace

Vignette
Écrit par Guillaume
Date de publication : {{ dayjs(1668963636*1000).local().format("L").toString()}}

Parce que « sans maîtrise, la puissance n’est rien » au risque de reprendre un slogan publicitaire bien connu.

Si l’on se refère à la définition de Wikipedia, « un superordinateur ou supercalculateur est un ordinateur conçu pour atteindre les plus hautes performances possibles avec les techniques connues lors de sa conception, en particulier en ce qui concerne la vitesse de calcul ». Dans l’absolu, cette définition n’est pas complètement fausse bien sûr, mais elle laisse de côté une question qui prend de plus en plus d’importance à mesure que les critiques sur l’empreinte écologique de ces imposantes machines se font virulentes. Ainsi, au côté du TOP500 qui liste les plus puissants des supercalculateurs, il existe depuis déjà quelques temps un Green500 qui revient, lui, sur les supercalculateurs les plus efficaces.

La nuance est d’ailleurs intéressante. En effet, sur le TOP500 on découvre de nombreuses machines équipées de solutions AMD. Comme l’explique Tom’s Hardware, la part de la société américaine dans le TOP500 a progressé de 38 % en l’espace d’un an. Ainsi, alors que ce classement est mis à jour deux fois par an (juin et novembre), on peut aujourd’hui remarquer que 101 supercalculateurs sont conçus à partir de solutions AMD quand ils n’étaient que 73 en novembre 2021. AMD « détient » d’ailleurs le plus puissant des supercalculateurs officiellement déclarés : il s’agit du Frontier installé à l’Oak Ridge National Laboratory (ORNL), aux États-Unis. La bête déploie une puissance de 1 102 PetaFLOPS et reste en tête du classement pour la deuxième publication consécutive. Il convient toutefois de noter que seuls les machines déclarées figurent au TOP500.

Frontier est une machine redoutable de puissance, mais ce n’est pas la plus efficace qui soit. le Green500 ne la place « qu’en » seconde position, une place très honorable. Le supercalculateur est ici dépassé par un « nain ». Henri, c’est son nom, n’est que 405e au TOP500, mais son excellente gestion de l’énergie lui permet de déborder Frontier sur ce critère. Il affiche effectivement une efficacité énergétique de 65,091 GFLOPS par Watt quand Frontier est à 62,684 GFLOPS/W. Le fabricant d’Henri – Lenovo – n’est pas peu fier de ce résultat qu’il voit comme un signe, une nouvelle tendance pour certains supercalculateurs. Henri est conçu autour de deux solutions différentes : d’un côté 185 processeurs Intel Xeon Platinum 8362 de 32 cœurs chacun pour un total de 5 920 cœurs et, de l’autre, de 80 cartes H100 signées NVIDIA. Sa puissance brute est donc sensiblement plus modeste que celle d’un monstre comme Frontier avec 2,04 PetaFLOPS.

En revanche, comme le souligne Ian Fisk, directeur du Flatiron Institute où se trouve Henri, ce supercalculateur « offre de nouvelles opportunités pour la science. C’est une machine remarquable qui va permettre à nos chercheurs d’essayer de nouvelles choses, de faire des découvertes […] Grace à lui, il devient possible de faire davantage de sciences avec des technologies intelligentes qui consomment moins d’électricité et constribuent à un avenir durable » avant de conclure en précisant : « C’est le plus important pour nous ».