Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

Un GPU chinois s’illustre : nous sommes encore très loin des solutions AMD / NVIDIA

Vignette
Écrit par Guillaume
Date de publication : {{ dayjs(1655654405*1000).local().format("L").toString()}}

La Chine insiste sur le développement de solutions nationales sur tous les segments de l’économie, mais il en est sur lesquels, la chose est encore délicate.

Alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine ne se calment pas le moins du monde, le gouvernement de Pékin cherche toujours à réduire sa dépendance technologique vis-à-vis de l’Occident. Dans certains domaines, la Chine est d’ailleurs devenu l’un des – sinon le – leaders affiché comme c’est par exemple le cas sur la 5G et les évolutions futures en matière de téléphonie mobile. Dans le domaine spatial, la Chine progresse aussi à pas de géant, mais dans le monde de l’infiniment petit, les choses peuvent être plus complexes.

Ainsi, malgré la montée en puissance de fondeurs nationaux, la Chine ne dispose d’aucune société capable de tenir tête au Taïwanais TSMC voire à son dauphin, le Sud-coréen Samsung. Dans le domaine des microprocesseurs, les progrès enregistrés par des sociétés comme Loongson sont assez remarquables : en quelques années, ses différentes générations de CPU ont fait d’impressionnantes avancées. Reste que la prochaine gamme – les 3C6000 et 3D6000 à venir courant 2023, si tout va bien – ne devrait être dans le meilleur des cas qu’au niveau des AMD Ryzen Zen 3, des processeurs sortis il y a deux ans.

Plus délicat encore semble être le secteur de la carte graphique. Depuis quelques années, les GPU sont devenus des composants plus complexes encore que les CPU, intégrant des milliards de transistors. À ce petit jeu, on voit déjà qu’un géant comme Intel a toutes les peines du monde à venir titiller les deux principaux acteurs, AMD et NVIDIA. La Chine semble pourtant avoir quelques entreprises sur ce segment comme en témoigne la fuite d’une photo de carte graphique GlenFly Arise-GT10C0.

Hélas, en dehors de quelques clichés, les informations relatives à la carte ne sont pas très nombreuses et on en sait encore moins à propos de son GPU. À en croire l’informateur à l’origine de la fuite, cette GlenFly Arise-GT10C0 est identifiée par Windows 10 comme une « Zhaoxin VGA Bios » et on peut remarquer qu’elle n’a pas besoin d’alimentation en plus de ce que peut fournir le seul port PCI Express. La carte est équipée de 2 Go de mémoire vidéo et l’interface mémoire est en 64-bit. D’autres sources comme Tom’s Hardware évoquent une carte très similaire et insistent sur ses ridicules performances : 579 points sur le test OpenCL de Geekbench 5 alors qu’une GeForce GTX 1650 atteint 38 000 points… preuve que cette GlenFly n’est pas du tout conçue pour nos standards de tests occidentaux.