Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

Le scénario dans le jeu vidéo.

Vignette
Écrit par Pives
Date de publication : {{ dayjs(1457026224*1000).local().format("L").toString()}}

Imaginez donc un peu que demain à l’E3, Activision s’élance dans une grande tirade et nous dit :

michael-bay-need-for-speed-the-run-commercial«Mesdames et Messieurs, le prochain titre de notre licence phare Call Of Duty n’aura pas d’histoire et vous fera voyager de couloirs en couloirs avec des explosions orchestrées par notre consultant spécialiste Michael BAY ! »

J’entends déjà les critiques ! « Le jeu vidéo retourne à l’âge de pierre ! », « il est inadmissible qu’une telle licence fasse l’impasse sur un élément aussi crucial que l’histoire ! »… Bref une levée de boucliers comme on en a rarement vu !

Cela dit, il est important de cesser de se voiler la face.

NCSi l’histoire d’un jeu peut paraitre cruciale aux yeux des joueurs , la qualité de celle-ci ne va pas forcément en s’améliorant. Si certaines perles vidéo-ludiques existent  et bénéficient fort heureusement d’un scénario poussé, la plupart font avec des éléments de scénarios que l’on ne retrouve que dans les exemples les plus médiocres de séries, de comics et de films en direct to DVD avec Nicolas CAGE.

Prenons pour exemple un jeu qui se vend pour son scénario : Bioshock Infinite… Attention Serapheen ! Il va y avoir du spoil, mais moi je reste tranquille, il va y avoir du spoil…index

Alors résumons Bioshock infinite : voyage dans le temps, dimensions parallèles, filiations foireuses. Maintenant, réfléchissons ensemble à où nous allons pouvoir retrouver ces éléments ? Dans des séries poussiéreuses au possible (Sliders), dans des comics des plus moyens (Gen 13) et des films tellement cultes que l’originalité d’un tel ressort scénaristique est de base annulée (Retour vers le futur, Star Wars)

index 1De même, la morale qu’on vient nous servir tout au long du jeu n’est en rien novatrice, ni même originale! Jean de La Fontaine dénonçait déjà le totalitarisme avec beaucoup plus de talent au XVIIe siècle.

Ainsi quand on vient nous dire que ce jeu est le renouveau du genre sur le plan de l’histoire et du message, ça me fait doucement rire…

Ce qui est dit ici, et qui n’engage que moi, et que si l’histoire est importante dans le jeu, elle n’en est pas fondamentale et les plot-twist ultra-artificiels qui parsèment les productions actuelles n’élèvent en rien sa qualité.

Il est plus que temps que les développeurs cessent l’enfumage et nous disent clairement « Dans ce jeu,  on a voulu mettre en avant le gameplay, le fun et l’amusement du joueur. L’histoire passe au second plan ! »

2044681-677162_20130625_007C’est d’ailleurs ce qui peut être ressenti en jouant à Deadpool . Produit par Activision et New Moon Studios,  l’histoire est incompréhensible puisque le personnage de Deadpool, comme il le fait dans le comic, passe son temps à apostropher le joueur, à exprimer son intérêt pour les X-women de manière fleurie et poétique (« Boner engaged ! ») ou à couper les personnages qui pourraient lui expliquer l’histoire plus en détail. Bref, ici le jeu privilégie le fun à l’histoire et les coups d’éclat et les moments de bravoure sont dispersés tout au long du jeu. Même si on aimerait que le gameplay soit un peu plus original et que le jeu soit un peu moins linéaire, on apprécie quand même son côté décomplexé preuve que au final, l’histoire peut passer au second plan…

Partant de là, il est parfaitement envisageable de concevoir un jeu où le scénario tiendrait sur un post-it (preuve en est, on en fait même des films!). D’ailleurs le scénario d’un des pionniers et d’une des icônes du jeu vidéo n’était-elle pas « Il faut sauver la princesse » ?

Pives