publicite

Actualité

publicite
Premières critiques et premiers jeux de la Nintendo Switch
Écrit par Guillaume 17-01-2017

L’état de grâce de Nintendo n’aura duré que quelques heures après l’annonce et la présentation de la Nintendo Switch. Le constructeur ayant permis à de nombreux joueurs de tester la bête, il s’est également exposé à de nombreuses remarques / critiques parfois cinglantes. Si nous n’avons pu essayer la Switch, nous avons tenté de compiler les défauts les plus souvent pointés du doigt. Des éléments sur lesquels il faudra se montrer particulièrement attentifs avant de casser sa tirelire.

Un prix de 329,99 euros

Les premières annonces avaient évoqué un tarif de 299 dollars, mais sur le Vieux continent, il est plutôt question de 329,99 euros à la commercialisation de la Switch. Compte tenu du fait que les prix américains sont annoncés hors-taxes, le tarif est assez logique, mais le fait est que la nouvelle Nintendo est une trentaine d’euros plus chère qu’une PlayStation 4, pourtant sensiblement plus puissante. Plus gênant encore et nous en avons parlé dans notre précédente news, le prix des accessoires est particulièrement élevé. Pensez qu’une manette Switch Pro coûte 20 euros de plus que n’importe quel contrôleur PS4 / XOne officiel, déjà considérés onéreux.

Une fiche technique en retrait

Nintendo a choisi d’accompagner la Switch de seulement 32 Go de stockage. On peut supposer que ce stockage sera plus rapide que les disques durs embarqués sur les PlayStation 4 et autres Xbox One, mais compte tenu de la lourdeur des jeux actuels, Nintendo a sans doute vu un peu juste. Pensez-donc, les disques durs des consoles concurrentes débutent à 500 Go et les modèles récents atteignent même 2 To. Nintendo a certes prévu un port microSDXC pour étendre cette capacité de stockage, mais la console étant facturée 329,99 euros, le constructeur paraît un peu pingre sur le coup.

Autre problème, ce tarif vaut pour une machine tout juste au niveau technologiquement parlant. Bien sûr, il faudra attendre de voir ce que les développeurs pourront en faire, mais le couple ARM Cortex-A57 / NVIDIA Tegra X1 est bien connu et il ne soutient pas la comparaison avec les solutions embarquées sur PlayStation 4 / Xbox One alors que ces machines ont déjà plusieurs années d’existence. Nintendo aura toutes les peines du monde à se mesurer à ces consoles sur des jeux géométriquement complexes et on pense notamment à l’annonce d’un Elder Scrolls Skyrim sur Switch.

Une autonomie un peu juste ?

Ce point est assez discuté sur les forums et les réseaux sociaux. La Nintendo Switch a la particularité de pouvoir être détachée de son dock et utilisée un peu comme une tablette. Ce faisant, elle fonctionne bien évidemment sur batterie et son autonomie dépend énormément de l’usage qui en est alors fait. Problème, des jeux particulièrement gourmands pourraient épuiser ladite batterie en à peine 2h30 et encore, il s’agit d’informations officielles. Pour des sessions moins énergivores, l’autonomie pourrait grimper jusqu’à 6,5 heures. Le problème posée par la batterie est donc bien réelle dans le cas de jeux prenants: il est très facile de se retrouver absorbé 2 ou 3 heures durant sur un Zelda par exemple et ceux qui aiment Link ne prendront pas forcément le train !

Une prise en main déroutante

Si l’utilisation d’une manette Switch Pro revient à jouer à une console traditionnelle, les Joy-Con imposent plusieurs façons de jouer et il faut un temps certain d’adaptation. Un Joy-Con est vraiment très très petit et à moins d’avoir des mains minuscules, il faut habituer ses doigts à une nouvelle souplesse. Les boutons sont réduits, une gâchette vient gêner la paume de notre main et le Joy-Con droit a le stick en plein milieu du contrôleur: pas très pratique tout cela ! Par ailleurs, Nintendo a d’ores et déjà présenté une utilisation différente des Joy-Con: on peut leur associer un mini-volant pour jouer à Mario Kart comme il était possible de le faire sur Wii / Wii U, mais en beaucoup plus petit cette fois. Soulignons toutefois que ces Joy-Con semblent plus précis que les Wiimote: les capteurs auraient fait d’importants progrès ces dernières années.

La console ne sera pas zonée

Il s’agit de ne pas noircir le tableau de la Switch et pour sa nouvelle console, Nintendo a ainsi décidé d’abandonner le zonage qu’il avait notamment mis en place sur la génération Wii U / 3DS. Rappelons que le zonage d’une console vient empêcher l’utilisation de jeux commercialisés dans une zone sur une console issue d’une autre zone. En d’autres termes, une Wii U nord-américaine ne pouvait exploiter des jeux achetés en France et vice-versa. Bonne nouvelle pour les voyageurs et les amateurs de jeux en import, ce ne sera donc plus le cas avec la Switch.

Une logithèque qui divise

Pour certains, Nintendo n’a pas levé les doutes avec la logithèque de la Switch. Ils estiment que le line-up de lancement est à la fois trop faible et trop sage quand d’autres au contraire louent le sérieux du constructeur. Pour ces derniers, Nintendo parvient effectivement à mêler de très nombreux jeux différents en seulement une quinzaine de titres officiellement annoncés pour accompagner plus ou moins rapidement la console. Le fait est cependant qu’au lancement réel de la Switch, seulement cinq jeux seront disponibles:

  • The Legend of Zelda: Breath of the Wild
  • 1-2 Switch
  • Super Bomberman R
  • Skylanders Imaginators
  • Just Dance 2017

Nintendo et ses partenaires ont ensuite indiqué que d’autres jeux arriveront au cours du printemps 2017:

  • SnipperClippers (courant mars)
  • Fast RMX (courant mars)
  • Has-Been Heroes (courant mars)
  • Mario Kart 8 Deluxe (le 28 avril)
  • Arms (printemps 2017)
  • Disgaea 5 Complete (printemps 2017)
  • Puyo Puyo Tetris (printemps 2017)
  • Rime (printemps 2017)

Il faudra ensuite s’armer d’un peu plus de patience:

  • Splatoon 2 (été 2017)
  • The Elder Scrolls 5: Skyrim (automne 2017)
  • Super Mario Odyssey (Noël 2017)
  • Xenoblade Chronicles 2 (courant 2017)
  • Ultra Street Fighter 2 The Final Challenge (courant 2017)
  • Minecraft (courant 2017)
  • EA Sports FIFA (courant 2017)
  • Sonic Mania (courant 2017)
  • I Am Setsuna (courant 2017)
  • Steep (courant 2017)
  • Syberia 3 (courant 2017)
  • NBA 2K (courant 2017)
  • Dragon Ball Xenoverse 2 (courant 2017)

Notons enfin que Nintendo a évoqué plus de 80 jeux en cours de développement sur Switch, la signature de nombreux studios et l’arrivée de multiples indépendants. Sur le papier, c’est plutôt de bon augure, mais reconnaissons que les constructeurs ne sont jamais avares d’annonces de ce type: c’est ensuite, quelques semaines / mois après la commercialisation de la console que l’on peut véritablement se rendre compte du soutien – ou non – des développeurs tiers.

publicite
ActuGaming Gamesplanet Gamoniac YouPass

Commentaires
0

1