Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

Intel Raptor Lake : des modèles de préproduction des Core i9, i7 et i5 entre les mains de testeurs chinois

Vignette
Écrit par Guillaume
Date de publication : {{ dayjs(1659715227*1000).local().format("L").toString()}}

Parce qu’en Chine il paraît très facile de se procurer la préversion d’un processeur dont la sortie n’est pas prévue avant encore plusieurs semaines.

Dans le milieu du semi-conducteur, les fabricants font de nombreux tests avant de mettre un produit sur le marché. Plus le composant est sensible et plus ces tests sont longs et nombreux. De fait, les tests concernant les processeurs sont parmi les plus exigeants et un fabricant comme Intel a pris l’habitude de préparer plusieurs versions de ce que l’on appelle des engineering samples ou échantillons d’ingénierie avant de valider définitivement la puce qui sera envoyée en production pour, ensuite, « inonder » le marché. Des échantillons qui ne sont évidemment pas amenés à sortir des bureaux d’Intel… enfin, sauf en Chine.

Ainsi, en l’espace de quelques jours, ce sont plusieurs modèles de ces engineering samples dont on a pu découvrir les performances au travers de prétests réalisés en Chine par des usagers particulièrement débrouillards. Il y a d’abord eu deux Core i9-13900K qui, avec ses 24 cœurs et 32 threads sera le fer-de-lance de la nouvelle gamme Raptor Lake. Il devrait d’ailleurs disposer de limites de puissance encore un peu plus élevées que le plus costaud de la génération précédente, Alder Lake, avec 125 et 250 W. Peu de temps après, ce sont des modèles de Core i5-13600K et Core i7-13700K qui nous ont permis de compléter le tableau Raptor Lake.

Des différents tests qui ont été conduits en Chine sur ces différents processeurs, nous retiendrons plusieurs choses. Tout d’abord, il semble clair que la multiplication des cœurs / threads fait un bien fou à l’architecture Raptor Lake. Par rapport au Core i9-12900K, le Core i9-13900K est bien plus rapide en test multi-core : autour de 35% en moyenne avec un maximum de +46,34% sur CPU-Z. Il en va de même pour le Core i5-13600K – supérieur de 40% en multi-core à son prédécesseur Core i5-12600K – et pour le Core i7-13700K qui devant le Core i7-12700K de 32-34% sur les mêmes tests.

Second enseignement, les gains de ces trois processeurs sont autrement moins probants dès lors que l’on se focalise sur les seuls tests single-core. Dans ce cas, le Core i5-13600K ne progresse plus que d’environ 5% par rapport au Core i5-12600K et le gain n’est que de 10% pour le Core i7-13700K et le Core i9-13900K, toujours respectivement opposés au Core i7-12700K et Core i9-12900K. Certains observateurs n’hésitent d’ailleurs pas à dire qu’Intel n’a réalisé aucune optimisation de son architecture et que ces gains sont simplement liés à l’augmentation des fréquences de fonctionnement / l’augmentation de la quantité de cache.

Le troisième enseignement est lié au monde du jeu vidéo puisque les trois processeurs ont pu être mis en présence de plusieurs jeux et toujours opposés à leur équivalent Alder Lake respectif. Là non plus, il n’y a pas de quoi s’extasier. Bien sûr, les processeurs Raptor Lake font un peu mieux que leurs homologues de 12e génération, mais les bénéfices sont en moyenne de l’ordre de 5 à 10%. Pour obtenir les progrès les plus significatifs, il ne faut pas regarder les résultats « moyenne », mais se focaliser sur le framerate minimum. On peut alors observer des gains de 11 à 14% en fonction du jeu considérer. Tout porte donc à croire qu’en jeu vidéo Raptor Lake puisse offrir des performances plus constantes à défaut d’être réellement meilleures.

Bien sûr, il convient toutefois de garder à l’esprit que les résultats ici présentés n’ont 1/ rien d’officiels et 2/ ne sont pas corroborés par des sources établies que l’on peut recouper. En outre, il ne faut pas oublier que les processeurs utilisés ne sont pas des versions finales : si peu de temps avant la sortie, il y a fort à parier que les changements seront mineurs, mais on ne sait jamais. Enfin, les BIOS des cartes mères pourraient aussi bénéficier d’optimisations tardives pour améliorer un peu les choses.