Vous n'êtes pas connecté...
Connexion au site
Thème : 
Langue : français

DirectStorage : Microsoft déploie enfin la technologie de stockage sur Windows 11

Vignette
Écrit par Guillaume
Date de publication : {{ dayjs(1647882039*1000).local().format("L").toString()}}

Une technique d’accès aux données stockées que Microsoft nous promet depuis deux ans et qui devrait enfin débarquer sur nos PC.

Au lancement de sa nouvelle console de salon, la Xbox Series X, Microsoft présentait une nouvelle technologie destinée à réduire considérablement les temps de chargement de certaines données tout en délestant la charge du processeur principal. Une technique qui doit être particulièrement utile dans les jeux vidéo alors que les quantités de données à charger ont considérablement augmenté ces dernières années, notamment du fait de l’utilisation de textures en très haute définition pour exploiter le 1 440p et, plus encore, le 2 160p (ou 4K).

Sur Xbox Series X, structure propriétaire oblige, la technique est en place depuis la sortie de la console. Seulement voilà, dès mi-2020, Microsoft avait expliqué que les PC sous Windows en profiteraient « assez rapidement ». Baptisée DirectStorage, la chose a toutefois tardé à se matérialiser et alors qu’elle devait concerner Windows 10, elle a finalement bifurqué vers le seul Windows 11 disponible depuis quelques mois maintenant, mais elle se faisait encore attendre. Comme l’a expliqué Microsoft au travers d’un article de blog, DirectStorage est donc à présent disponible.

L’idée derrière DirectStorage est de rendre les données d’un jeu plus directement accessible à la carte graphique et à son GPU. Pour ce faire, il s’agit en quelque sorte de « court-circuiter » le CPU de sorte que la communication entre le SSD stockant les données et le GPU les traitant puissent interagir directement. Comme vous pouvez le voir sur les illustrations ci-dessus, sans DirectStorage, Windows est obligé de faire passer les données depuis le SSD jusqu’à la mémoire vive où le CPU vient puiser pour réaliser la décompression avant que le GPU ne puisse réellement les utiliser.

En revanche, avec DirectStorage, les choses se font avec moins d’intermédiaires. Les données stockées sur le SSD sont toujours conduites vers la mémoire vive puis vers la mémoire vidéo. C’est là que le GPU peut y accéder pour réaliser toutes les tâches nécessaires sans que le CPU ait eu « son mot à dire ». Forcément, moins d’intermédiaires permet un traitement plus rapide des informations. Sur PC, pour profiter de ladite solution, il sera nécessaire de disposer de DirectX 12 et d’un SSD. Sur son article de blog, Microsoft confirme que, finalement, la technique n’est pas limitée au seul Windows 11 – Windows 10 est donc aussi concerné – et que le SSD NVMe PCI Gen 3 un temps indispensable ne soit plus une condition sine qua non : un SSD SATA pourrait aussi fonctionner, mais on imagine que cela aura un impact sur les performances.

Il convient toutefois de ne pas être trop pressé encore sur PC. En effet, dans son article, Microsoft précise que le DirectStorage est disponible, mais il l’explique « pour les développeurs ». En d’autres termes, cela veut dire que ces derniers vont maintenant pouvoir l’intégrer à leurs productions ce qui implique évidemment un temps d’adaptation pour en maîtriser toutes les subtilités. Ensuite, seulement, on pourra en profiter dans les jeux développés pour exploiter le DirectStorage, autant dire qu’il ne faut pas espérer en voir les premiers fruits avant au mieux la fin de l’année.