publicite

Actualité

Test : Logitech G403 Prodigy wireless
Écrit par GFreeman 14-10-2016

Après l’excellent clavier G610 Orion, nous testons aujourd’hui une toute nouvelle souris sans fil. Il s’agit de la petite dernière de la gamme Prodigy de Logitech, la bien nommée G403. Logitech nous promet une « une meilleure expérience de jeu qu’avec toutes les souris de nos concurrents, y compris les filaires », rien que ça !

Présentation

La G403 est une souris extrêmement simple et sobre qui laisse au vestiaire toutes les fioritures inutiles. Tout se passe à l’intérieur. Dotée d’un capteur PMW3366 pouvant monter jusqu’à 12 000 PPP et un taux de rapport USB à 1ms, la G403 fait figure de bon élève sur le papier. Logitech clame par ailleurs une rapidité en jeu 8 fois plus élevée que chez la concurrence. Là encore, il s’agit de comparaison de caractéristiques techniques, qui doivent se vérifier en pratique.

L’esthétique (7/10)

La G403 ne se démarque pas par son physique. D’une forme classique et agrémentée d’une robe noire sobre, Logitech propose ici un produit simplissime et élégant. Idéal pour ceux qui veulent à tout prix éviter le bling-bling des mulots trop voyants.

Un choix de sobriété bienvenu mais étonnant : la gamme Prodigy, destinée au gamers aurait pu apporter une touche d’originalité, ne serait-ce qu’un peu de couleur. En guise de fioritures, une discrète LED placée sur le haut de la souris éclaire le logo de la marque ainsi que la molette. Cet éclairage est paramétrable, avec au choix la couleur et l’animation lumineuse (vague, fixe, éteint).

Un mot de la version wireless (c’est vrai que c’est beau un bureau sans fil). Cependant, si vous disposez d’un ordinateur de bureau (desktop), il vous faudra tout de même tirer un fil, pour approcher le capteur de la souris. Logitech conseille une distance maximale de 20 cms. Un bon compromis consiste à enrouler la rallonge USB autour du pied de l’écran et poser le capteur sur le socle de ce dernier.

 

29d75481d02f45bfb12db0bfa6d37037

 

L’esthétique épurée et classique de la G403 ne laissera personne indifférent.

 

La technique (9/10)

Côté technique la G403 embarque un capteur de haute volée, qui satisfera largement tous les gamers, même les plus rapides. La souris est proposée en deux versions : filaire ou sans fil. Les constructeurs ont fait d’énormes progrès en terme de connectique sans fil, si tant est qu’on puisse parler de connectique. A l’heure actuelle, il est impossible de constater un lag plus important entre les deux versions.

Côté pratique, la batterie se recharge à l’aide du même câble utilisé pour le récepteur. Le fil est de très bonne facture, et ça fait un bien joli « clac » quand on l’enfonce dans l’encoche. On ne va pas se le cacher, on aime tous quand ça fait « clac ».

Pendant le rechargement, la souris passe en mode filaire, ce qui élimine d’entrée tout risque de tomber en rade. La charge complète peut tenir 25 heures, une autonomie raisonnable qui peut être augmentée de 50% en éteignant les LEDs. Sécurité supplémentaire, lorsque la batterie passe en dessous des 10%, un pop-up Windows vous l’indique, ce qui évite en général de se retrouver en rade.

image5

Malgré un programme maison peu riche en ressources système, des alertes vous préviendront de l’état de la batterie

 

Au final, à choisir, c’est sûr que la version sans fil est préférable à la version filaire, pour la seule raison de l’esthétique. Après, si l’on met le prix dans la balance, mieux vaut y réfléchir à deux fois. Pour certains, la suppression des fils vaudra les 60 euros de différence.

 

Le software (9/10)

Tout d’abord un petit mot sur la mémoire intégrée. Grâce à cette dernière, l’utilisateur pourra emporter ses paramètres partout et les utiliser sur n’importe quel PC sans logiciel supplémentaire. Ce n’est pas nouveau, mais c’est toujours pratique, surtout pour celles et ceux qui changent de PC, ou qui switchent entre le portable et le fixe fréquemment.

Coté software, chez Logitech c’est du propre. La petite application « Assistant pour jeu vidéo » est un exemple en la matière. Elle gère l’éclairage, la sensibilité du capteur, la batterie et l’adaptation à la surface. L’intuitivité et l’ergonomie du logiciel sont bien pensées, ce qui permet une utilisation rapide et de ne pas perdre des heures à comprendre le fonctionnement du logiciel comme chez certains concurrents.

Un autre bon point, le software est dénué de fonction inutile ou de lumière aux néons douteux. C’est clair, précis et sobre. Bravo les Suisses.

image3

Le software de Logitech propose de nombreuses options pour choisir la couleurs des LED et leur mode de fonctionnement.

 

 

Les fonctionnalités (3/10)

La G403 ne propose que 6 boutons au total. Outre les boutons gauches et droits classiques et la molette, il n’en reste donc que 3. C’est très peu pour les joueurs qui aiment utiliser des tas de raccourcis et de macros.

Mais dans la réalité des faits, rien de dramatique puisque seuls peu de joueurs utilisent ces boutons. Beaucoup se contentent de quelques fonctions classiques et raccourcis, qui seront disponibles sur la G403. On aurait cependant aimé que l’économie de ces boutons bien que non préjudiciables, soit répercutée sur le prix de vente.

Pour les gamers invétérés (sic), il est clair que la G403 ne leur conviendra pas. Dans cette gamme de prix,  de nombreux concurrents proposent des mulots équipés de multiples boutons latéraux, qui s’avéreront être un meilleur choix dans ce cas précis.

 

La prise en main (6/10)

Constituée de très bons matériaux, la G403 offre des qualités de prise en main irréprochables. Logitech a également revu son système de ressort dans les boutons gauche et droit. Ces derniers offrent désormais une « tension optimale, réduisant la force nécessaire pour cliquer tout en assurant une sensation de réactivité et une fiabilité incomparable ». C’est vrai que le clic est agréable, quoiqu’un peu plus bruyant que sur d’autres modèles gamers.

Autre fonctionnalité, un poids amovible de 10 g permet d’adapter la souris en fonction des besoins. Sans le poids, la souris pèse 107 g, et passe à 117 g avec. Une différence bien tenue pour réellement apporter un plus. Logitech aurait pu proposer d’autre poids pour offrir un réglage plus fin.

Enfin, la souris, sans être énorme, fait partie des souris imposantes. Ce pourrait être un inconvénient pour les petites paluches qui demanderont alors un certain temps d’adaptation. Précisons également qu’il s’agit d’une souris destinée exclusivement aux droitiers.

 

3

Les paliers du pointeur (c’est à dire les PPP) peuvent se régler très finement. Il suffit ensuite de passer d’un palier à l’autre, à la volée, grâce au bouton « défilement des résolutions ».

 

Conclusion

Comme souvent chez Logitech, la qualité du produit est excellente. Finition parfaite, patin impeccable, excellente prise en main et suite logicielle irréprochable. Avec une technologie très aboutie et un software soigné, la G403 a tout pour plaire et il faudrait être particulièrement exigeant pour ne pas être satisfait. On regrettera simplement que seuls 3 boutons supplémentaires soient proposés.

Oui mais voilà, la qualité Logitech a un prix : étiquetée à 129 euros, soit 60 de plus que sa sœur filaire, la G403 wireless pousse le bouchon un peu trop loin Maurice. Cette souris s’adressera avant tout aux joueurs fortunés, ou à ceux pour qui la souris revêt une importance particulière.

Dans tous les cas, avant d’engloutir des cents et des milles dans une souris sans fil, le joueur averti (et donc fidèle lecteur de driverscloud.com) investira en priorité dans sa carte graphique et son microprocesseur. Comme nous le démontrions dans un précédent dossier, augmenter son budget carte graphique de 50 euros peut permettre un gain en performance (framerate) de 60%. Ça laisse songeur.

Pour ceux qui veulent tout de même se payer de luxe de jouer en G403, sachez qu’on peut très bien vivre avec un rein en moins.

image7

 

publicite
ActuGaming Gamesplanet Gamoniac YouPass

Commentaires
0

1